Offre de Stage : Assistant de recherche

Dans le cadre du projet REMDM, le département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France propose un stage de 600 h, équivalent à une période de quatre mois à temps plein (possibilité de lisser sur plusieurs mois). Le stage est à effectuer entre octobre 2021 et mars 2022 (dates à définir avec le ou la stagiaire).

Missions du stage

  • Annoter un corpus d’images iiif issu de Gallica
  • Inventorier, référencer et indexer dans la base de données les corpus de manuscrits musicaux retenus pour le projet
  • Vérifier l’exactitude des descriptions bibliographiques des documents retenus dans le catalogue général de la BnF
  • Vérifier, compléter ou enrichir les notices d’autorité adéquates (compositeurs, copistes) dans le catalogue général de la BnF
  • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques

Compétences requises

  • Niveau requis : master 1, master 2, doctorat
  • Expertise scientifique des sources musicales, notamment manuscrites, et connaissance de l’histoire de la musique
  • Connaissances en paléographie et en philologie musicale
  • Notions de bibliothéconomie et de description bibliographique des documents anciens
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Pratique aisée des outils informatiques (Excel, InView…)
  • Connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, sens de l’organisation, qualité rédactionnelle

Durée du stage

600 h

Convention de stage gratifié

Les candidatures (lettre de motivation et CV détaillé) sont à envoyer jusqu’au 30 octobre 2021 à l’adresse rosalba.agresta@bnf.fr

REMDM : un projet novateur de base de données pour l’indexation des autographes musicaux

Point d’étape et méthodologie suivie

 

En s’appuyant sur les 50.000 partitions manuscrites conservées au département de la Musique de la BnF, le projet REMDM élabore une base de données pour l’indexation et le classement rationnel d’un large échantillon d’écritures musicales. Pionnier dans son genre, il envisage la création d’un outil de fouille automatique des images qui, associé à la base de données, permettra d’établir des correspondances entre un manuscrit musical donné et tous ceux indexés dans la base.

La base de données indexera un corpus de manuscrits musicaux comprenant des autographes et des copies dues à des copistes identifiés et à copistes anonymes, désignés au moyen de sigles. Pour chaque scripteur, une fiche rassemblera des éléments biographiques (nom, dates et lieux d’activités etc.) et des éléments de graphie musicale (échantillons d’images des clefs, silences, notes, etc.) ; une note analytique, rédigée par un expert, présentera les caractéristiques graphiques propres au scripteur et ses évolutions au fil du temps.

Étroitement liée au catalogue général de la BnF, la base de données en importera les notices d’autorité personne ainsi que certains éléments de description bibliographique des manuscrits et les enrichira à travers des données relatives à l’écriture musicale. En raison d’une telle dérivation des données, la préparation du corpus à indexer a nécessairement comporté une phase de relecture, de révision et de mise à jour des notices du catalogue général. Un chantier préalable s’est avéré indispensable, à savoir la vérification du caractère autographe des manuscrits. Conduit sur un corpus de plus de 1900 manuscrits, ce travail majeur a permis de réviser plus de 300 notices et de déclasser au rang de copies 104 manuscrits initialement catalogués comme autographes. Si, dans quelques cas, le déclassement a coïncidé avec une simple rectification d’erreurs de catalogage – comme par exemple pour le soi-disant manuscrit autographe de Lully [Rés Vma Ms 1249 (2)] – , pour de nombreux manuscrits déclassés, les corrections ont eu un impact bien plus important et ont parfois rectifié l’état de l’art, en établissant que des manuscrits considérés jusqu’aujourd’hui comme autographes ne le sont pas.

Continuer la lecture de REMDM : un projet novateur de base de données pour l’indexation des autographes musicaux