REMDM : un projet novateur de base de données pour l’indexation des autographes musicaux

Point d’étape et méthodologie suivie

 

En s’appuyant sur les 50.000 partitions manuscrites conservées au département de la Musique de la BnF, le projet REMDM élabore une base de données pour l’indexation et le classement rationnel d’un large échantillon d’écritures musicales. Pionnier dans son genre, il envisage la création d’un outil de fouille automatique des images qui, associé à la base de données, permettra d’établir des correspondances entre un manuscrit musical donné et tous ceux indexés dans la base.

La base de données indexera un corpus de manuscrits musicaux comprenant des autographes et des copies dues à des copistes identifiés et à copistes anonymes, désignés au moyen de sigles. Pour chaque scripteur, une fiche rassemblera des éléments biographiques (nom, dates et lieux d’activités etc.) et des éléments de graphie musicale (échantillons d’images des clefs, silences, notes, etc.) ; une note analytique, rédigée par un expert, présentera les caractéristiques graphiques propres au scripteur et ses évolutions au fil du temps.

Étroitement liée au catalogue général de la BnF, la base de données en importera les notices d’autorité personne ainsi que certains éléments de description bibliographique des manuscrits et les enrichira à travers des données relatives à l’écriture musicale. En raison d’une telle dérivation des données, la préparation du corpus à indexer a nécessairement comporté une phase de relecture, de révision et de mise à jour des notices du catalogue général. Un chantier préalable s’est avéré indispensable, à savoir la vérification du caractère autographe des manuscrits. Conduit sur un corpus de plus de 1900 manuscrits, ce travail majeur a permis de réviser plus de 300 notices et de déclasser au rang de copies 104 manuscrits initialement catalogués comme autographes. Si, dans quelques cas, le déclassement a coïncidé avec une simple rectification d’erreurs de catalogage – comme par exemple pour le soi-disant manuscrit autographe de Lully [Rés Vma Ms 1249 (2)] – , pour de nombreux manuscrits déclassés, les corrections ont eu un impact bien plus important et ont parfois rectifié l’état de l’art, en établissant que des manuscrits considérés jusqu’aujourd’hui comme autographes ne le sont pas.


Deux cas de figure ont été rencontrés au cours des vérifications.

Concernant les compositeurs pour lesquels on dispose d’outils de référence ou de travaux musicologiques récents, les notices du catalogue général ont été révisées en fonction de l’état de l’art. Ainsi, le manuscrit VI Polonoises composées // di // W. Fr. Bach // et // dediées // à // Son Excellence // Monseigneur le Comte d’Orlow // President de l’Academie // Imperiale à Petersbourg, coté MS-7 et rassemblant un choix des 12 Polonaises BR A 27-38 de Wilhelm Friedemann Bach, a été déclassé en copie selon les indications du portail de référence Bach Digital.

F-Pn / Ms 7

Concernant les compositeurs pour lesquels il n’existe pas d’outil de référence, il a fallu tout d’abord répertorier des parangons fiables – à savoir des manuscrits dont le caractère autographe est attesté, – qui ont été ensuite utilisés comme point de départ pour certifier l’authenticité des sources conservées au département de la Musique. Les parangons utilisés pour nos vérifications ont été soit des fac-similés soit des autographes numérisés dans d’autres bibliothèques.


MÉTHODOLOGIE

Ce travail a soulevé des enjeux méthodologiques fondamentaux, au premier rang desquels l’authentification des manuscrits musicaux et sa certification : selon quels critères peut-on affirmer qu’un manuscrit est de la main d’un compositeur et, plus largement, comment distinguer une graphie musicale d’une autre ? Ces questionnements, indispensables dans tout travail de philologie et de paléographie musicales, sont d’autant plus complexes dans le cadre d’un projet comme REMDM, dont le corpus s’étend sur une période chronologique très vaste au cours de laquelle les habitudes d’écriture ont considérablement évolué. L’un des apports majeurs de ce projet a consisté donc à fixer des éléments méthodologiques communs, permettant de guider à la fois le travail sur les manuscrits anciens et sur les sources plus récentes.

Comment certifier l’authenticité d’un manuscrit ?

L’authenticité d’un manuscrit peut être évoquée par un certain nombre d’éléments, que l’on peut classer en deux groupes : les éléments internes et les éléments de seconde main. Les premiers ont été inscrits au moment même de la rédaction du manuscrit, tandis que les seconds ont été rajoutés dans un deuxième temps.

Les éléments internes

La signature apposée par l’auteur à la fin du manuscrit, ou parfois sur la page de titre, est certainement l’indication la plus immédiate et la plus fiable du caractère autographe de la source, tout comme le sont les mentions telles que « di me », « dell’autore », « originale di me », « composta da me », « manu propria », etc., employées par le compositeur comme une marque de paternité.

“Di me Giuseppe Haydn” F-Pn / Rés Vm 7 451 (2)

“Originale di me Giuseppe Farinelli” F-Pn / Ms 1278

D’autres éléments peuvent évoquer l’authenticité, parmi lesquels :

  • la présence de dates ;
  • la présence d’une dédicace.

En l’absence de telles indications directes, l’aspect de l’écriture musicale, et donc du manuscrit lui-même, peut être significatif, notamment lorsqu’il trahit un caractère inachevé. Aussi, le caractère autographe peut être indiqué par :

  • l’aspect imparfait du manuscrit ;
  • la présence plus ou moins abondante de ratures et de corrections ;
  • le caractère non achevé de l’œuvre, notamment lorsqu’elle présente des débuts de morceaux abandonnés.

Les éléments de seconde main

Dans de nombreux cas, le caractère autographe d’un manuscrit n’est pas établi par un élément inscrit dans la source au moment même de la rédaction – signature, datation ou dédicace – mais plutôt par des attestations de seconde main. La présence de marques de gravure, notamment le cotage de l’éditeur sur la première page du manuscrit et la numérotation des mesures, a pu être considérée comme un indice suggérant qu’on est en présence d’une source autographe. Néanmoins, une telle association entre ajouts faits en vue de l’édition et caractère authentique de la source ne doit pas être faite de manière automatique. Il existe en effet de nombreux exemples de copies préparées pour l’éditeur portant le cotage de celui-ci : on peut citer, par exemple, la copie de la Tarentelle de Chopin par Julian Fontana :

F-Pn / Ms 122

ou celle de Gestorben war ich de Liszt par August Conradi :

F-Pn / Ms 167

ou encore celle de La rencontre en voyage d’Antonio Bartolomeo Bruni, préparée par un copiste anonyme.

F-Pn / Ms 4020

Les marques de gravure peuvent être considérées comme synonyme d’authenticité lorsqu’elles sont accompagnées d’éléments comme la signature, la datation ou la dédicace, comme dans le cas du duo Salut vertes campagnes de Spontini :

F-Pn / Ms 13004

Il existe d’autres types d’attestations d’authenticité ajoutées plus tard au manuscrit en vue d’en établir le caractère autographe. Plusieurs cas de figure peuvent être distingués :

1- Attestations dues à des proches du compositeur :

On peut ainsi citer un extrait de Giuditta de Cimarosa, certifié par le fils du compositeur Paolo : « Autografo di Domenico Cimarosa Donato da me suo figlio per l’Album della ornatissima // Signora Adelaide Chiulli. Paolo Cimarosa » ;

F-Pn / Ms 1702

ou encore un fragment de Valentino Fioravanti, certifié par son fils Giuseppe « Attesto che tanto le note, che le parole sono di proprio pugno // della cara memoria di Valentino Fioravanti mio Padre // Napoli 28 agosto 1846. Io Giuseppe Fioravanti figlio ».

F-Pn / Ms 11626

2- Souvent, les autographes sont certifiés par des collectionneurs, des musicographes ou des personnalités bien connues dans la sphère musicale : tel est par exemple le cas des trois manuscrits suivants, attestés par Aloys Fuchs, par Messangeli ou par Weckerlin :

Annotation manuscrite au crayon “Mozarts Hand.” et signature “Aloys Fuchs”; F-Pn / Ms 249

“Attesto io Sott.o, l’originalità // del quì unito autografo del // cel. M.° Cimarosa tanto // nella nota che nella parola // Livorno 19. Marzo 1858 // M. Masseangeli”. F-Pn / Ms 1703

“Autographe de Gossec // Vérifié // J. B. // Weckerlin” F-Pn / Ms 1439

3- Enfin, un cas particulier est représenté par la mention « originale » que l’on peut retrouver en tête des manuscrits. Dans son sens premier, cette mention est synonyme de « de la main de l’auteur » en opposition à des productions qui ne le sont pas, comme des copies, des reproductions ou des imitations. Néanmoins, son utilisation pose problème, car elle a pu être apposée sur des manuscrits qui, après analyse, se sont révélés non autographes, comme dans le cas des 45 concertos de Tartini, copiés par Giulio Meneghini.

F-Pn / Ms 9795 (1)

Comme ce dernier exemple le suggère, les indications de seconde main ne sont pas toujours fiables et doivent être questionnées ; de manière plus générale, l’ensemble des indications d’authenticité présentées dans ce billet nécessitent d’être vérifiées et confirmées par une analyse approfondie de l’écriture musicale elle-même. Face à la complexité d’un tel travail, la base de données REMDM pourra certainement simplifier la tâche du chercheur.

Pour citer ce billet : Rosalba Agresta, "REMDM : un projet novateur de base de données pour l’indexation des autographes musicaux", dans REMDM, 06/09/2021, https://remdm.hypotheses.org/403, consulté le 25/06/2022.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.