Le projet REMDM

Chercheurs et professionnels sont confrontés depuis toujours à la problématique de l’identification et de la qualité des sources. En s’appuyant sur les 50.000 partitions manuscrites (du XVIe au XXIe siècles) conservées au département de la Musique de la BnF, le projet REMDM propose la constitution d’un répertoire des écritures musicales dues à la fois à des compositeurs (notion d’autographe) et à des copistes identifiés ou anonymes. Conçu sous forme de base de données, ce répertoire classe rationnellement des échantillons d’écriture musicale. Il représente le développement naturel, à l’ère numérique, des recherches que la BnF a menées pendant plusieurs années dans le cadre du Répertoire International des Sources Musicales (RISM).

Parallèlement à la constitution de la base de données, le projet REMDM prévoit le développement de méthodologies innovantes d’analyse graphique faisant appel aux technologies les plus avancées en matière de fouille d’images.

 
 

La base de données

Prenant en compte à la fois des manuscrits autographes et des manuscrits de copistes identifiés ou anonymes, la base de données indexe, dans des fiches « écriture », les caractéristiques graphiques propres à chaque scripteur. Chaque fiche fournit deux types d’informations :

Données textuelles :

  • nom du scripteur
  • dates d’activité
  • lieux d’activité
  • éventuelle bibliographie
  • remarques

Données visuelles = échantillons d’écriture musicale :

  • clefs
  • indications de mesure
  • altérations
  • silences
  • notes
  • agréments
  • signes interprétatifs
  • etc.

Ces échantillons d’images seront accompagnés d’une page complète du manuscrit donnant une vue d’ensemble de l’écriture musicale de chaque scripteur.

La base de données aura des liens avec le catalogue général de la BnF et sera pourvue d’un « générateur de requêtes automatiques » permettant de rapatrier des informations, qui viendront enrichir les fiches « écriture ». Ainsi, pour chaque scripteur, il sera possible d’importer de façon automatique depuis le catalogue général la liste de tous les manuscrits qu’il a copié.

Plusieurs types de recherche pourront être effectués :

  • recherche par nom
  • recherche par tranches de date
  • recherche par pays
  • recherche par caractéristiques graphiques

Tous ces critères de recherche pourront être combinés. Ainsi, en plus des recherches simples permettant de visualiser la fiche de chaque scripteur, il sera possible par exemple d’afficher à l’écran toutes les clefs d’Ut écrites par des scripteurs italiens entre 1780 et 1820 contenues dans la base et les balayer.

 
 

L’outil de fouille

L’aspect le plus novateur du projet consiste dans l’association de la base de données avec un outil de fouille automatique des images, qui sera développé en s’appuyant sur l’expertise scientifique du laboratoire L3i en analyse des documents, en reconnaissance de symboles et de documents par similarité, et sur l’expertise scientifique du laboratoire IRISA en analyse de documents et en reconnaissance de partitions musicales. Grâce à l’analyse des graphies musicales préalablement indexées dans la base de données, l’outil de fouille permettra de trouver des correspondances entre un manuscrit musical donné et ceux présents dans la base.

Les pistes envisagées portent sur des méthodes à base d’apprentissage profond, notamment des réseaux de neurones à convolutions, pour apprendre à reconnaître les différents scripteurs présents dans la base de données. Les échantillons d’écriture musicale préalablement indexés auront fonction d’élément de requête pour rechercher les scripteurs les plus proches. Des méthodes de clustering non supervisé pourront également être explorées.

 
 

Outil fondamental pour les chercheurs et pour les bibliothécaires, le Répertoire des écritures musicales facilite à la fois l’identification et la datation des sources et l’étude de la circulation des manuscrits musicaux. En effet, l’identification des écritures permet, d’une part, de réattribuer ou de déclasser des manuscrits autographes et, d’autre part, de reconstituer de grands ensembles de manuscrits, voire des collections, au sein du département de la Musique et des autres départements de la BnF. Plus largement, cet outil pionnier permettra à terme de reconstituer virtuellement des collections dispersées en France et dans le monde tout en mesurant l’impact de leur circulation et de la diffusion des œuvres musicales.

Pour citer ce billet : Rosalba Agresta, "Le projet REMDM", dans REMDM, 09/09/2020, https://remdm.hypotheses.org/le-projet-remdm, consulté le 22/01/2021.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search